HomeHome Sito in ItalianoItaliano

Arola

Vous êtes ici >Histoire >Histoires Religieuses >Les Chapelles Votives de Arola
 
Edifiées par les habitants comme signe d’une dévotion ou d’une reconnaissance pour une grâce reçue de la part des Saints ou de la " Madonne ", les chapelles votives sont depuis toujours la libre expression de la piété populaire.

Les chapelles votives sont ces petites compositions architecturales annexées à la maison, incrustées et peintes sur les parois de l’habitation ou sur le mur de la rue, mais sont aussi ces petits "temples" sur le bord d’un chemin, construits pour la protection d’une image sacrée, d’une statue ou d’une icône qui, par leur position, sont isolées des autres édifices.

 
 
Les chapelles votives: une tradition ancestrale

Depuis la préhistoire, l’homme a toujours établi un lien étroit avec la terre, jusqu’à lui attribuer des vertus magiques et religieuses.

Aujourd’hui, les innombrables symboles de cette "sacralisation" du territoire sont encore visibles même si nous en avons perdu la signification profonde.

Dans l’antiquité, les sources, les croisements de route mais aussi les lieux où s'était produit un événement exceptionnel étaient considérés comme sacrés et étaient matérialisés par des temples. Avec le christianisme, ceux-ci se sont transformés en chapelles, en fresques, en objets de dévotion à travers différentes formes divines comme les Saints locaux, la "Madonne", le Christ...

 
 
  Eparses sur le territoire, elles sont une forme d’art populaire, le symbole d’une religiosité enracinée et diffuse qui continue dans le temps.

Dans les villages, elles se présentent sous la forme de médaillons, de niches carrées, rectangulaires, encastrées dans l’épaisseur des
 
  murs extérieurs des habitations, alors que le long des chemins, elles ont une structure autonome, couvertes d’un toit de "piode", la plupart d’entre-elles sont les gardiennes d'objets divers comme des représentations sacrées, des rosaires, des fleurs, des cierges...

Ces chapelles forment un véritable réseau religieux avec pour rôle principal de protéger le lieu sur lequel elles sont édifiées, comme l’entrée du village, une maison, un domaine agricole, d’indiquer les étapes d’une procession ou le chemin vers un sanctuaire, mais aussi de rassurer le pèlerin en divers points cruciaux de son parcours, ces édifices sacrés deviennent ainsi une occasion pour la prière.

Presque toujours, ces constructions sont l’oeuvre de particuliers et ont été souvent édifiées pour accomplir un "voeu". Elles se trouvent pour la plupart sur le domaine public, mais il ne manque pas d’exemples de chapelles érigées dans le privé que les habitants du lieu continuent à "entretenir" avec passion et vénération.

Par le passé, les chapelles votives étaient de véritables monuments d’une haute valeur symbolique, aujourd’hui nous avons perdu leur signification et nous les regardons seulement comme éléments de notre patrimoine.
Hors du village, quelques chapelles commencent à montrer les signes du temps, abandonnées, négligées, les couleurs et les dessins sont irrémédiablement perdus.

Si on tient compte de leur immense valeur comme témoignage de la foi des hommes de cette époque, on comprend que ces chapelles doivent être sauvegardées au-delà de leur valeur artistique; elles sont généralement l’oeuvre d’artistes ou d’artisans locaux restés anonymes parce que cette forme d’art a toujours été considérée comme mineure même si certaines chapelles sont l’oeuvre du peintre "Valsesiano" Giovanni Avondo (1885) qui réalisa la « Via Crusis » sur le mur d'enceinte du cimetière de Arola.

Sauvegarder, protéger, valoriser ce précieux patrimoine, qui pourrait représenter le point essentiel d’un parcours touristique, devrait être l’obligation de tous !!!
 
Les chapelles votives de Arola

Les chapelles qui sont érigées à Arola, surtout au bord des routes et des chemins, au nombre de 20, sont pour la plupart du 19 ème siècle. Seule une chapelle plus ancienne sur la "route communale pour Varallo" au lieu-dit "Barchetta" et marquée " 1778 " existe encore aujourd’hui, les autres chapelles du 18ème siècle mentionnées dans certains écrits ont disparu.

  Témoignages de la foi des Arolais, les chapelles procuraient à ceux qui les faisaient édifier, des indulgences terrestres et à leur mort, l’espérance d’une vie éternelle comme en bénéficia Don Giuseppe Andreoli, curé de Arola, qui fit construire au lieu-dit "Compiova" en 1821, pour la somme de 154.20 lires de Milan, la "Cappella del Fra" qui représente les " Stigmates Sacrés de St. François".

 

Cappella del Fra
 


Indulgence de Cent jours accordée à la "Cappella del Fra"
 
 
... Correspondant aux voeux de l’orateur, nous concédons Cent jours d’Indulgence, dans les formes habituelles de l’Eglise, à ceux qui dévotement et contrits de leurs péchés, réciterons devant la chapelle, Trois Pater et Deux Gloria, toujours à condition que ladite chapelle soit entretenue décemment.

Le 24 juillet 1821

G... Cardinal et Evêque de Novara

 
 
En majorité construites le long de l’ancienne route reliant le "Sacro Monte de Varallo" à celui de "Orta", elles permettaient aux pèlerins de faire leur salut en s’y arrêtant pour prier.

 
 
Sur la chapelle, au lieu-dit "Barchetta" sur la route communale pour Varallo, on peut lire les vers suivants :

Tu che passi per questa via
Saluta di cuor Gesù e Maria

  Chapelles Votives de Arola
 
    Dans le village
  • Hors du village
  • Pianezza
  • Route communale pour Varallo
  • Route communale pour Pella
 

A travers l'admiration pour ces images de chapelles, quelqu'un se rappellera peut-être de ses souvenirs d'enfance, un autre d'un souvenir oublié, le temps où sa maman le guidait pour y déposer une fleur, d'autres enfin se souviendront d'une fugace prière récitée en passant devant...
Pour voir l'implantation de l'ensemble des chapelles de Arola !!!
 

Conception & Design: A.Perelli | Copyright © 2010 - 2015 - Arola-Village - Tous droits réservés | Mentions légales | Flux RSS | Nous contacter  E-mail