HomeHome Sito in ItalianoItaliano

Madonnina-Fresque

Vous êtes ici >Patrimoine >Patrimoine religieux >Eglise St Antoine Abbé
 
Eglise St. Antoine Abbé

 
  Eglise St Antoine   Eglise St Antoine
 
  Sur la route qui monte vers la Colma, à peine sorti du village, se dresse l'Eglise St Antoine Abbé, un petit oratoire, avec un pronaos soutenu par 4 colonnades et un clocheton métallique..

A côté, se trouve le cimetière avec son mur d'enceinte décoré d'un Chemin de Croix du XIX ème, fresques attribuées au peintre "Valsesiano" Giovanni Avondo (1885).

L'église fut édifiée sur les bases d'une ancienne chapelle du Moyen-Age dédiée à St Antoine Abbé, qui par tradition religieuse, avait été choisi comme protecteur des animaux. En 1726, le prêtre de Arola "Don Giulio Ceruetti" laisse, par testament, tous ses biens à l'oratoire afin que l'église primitive soit agrandie, travaux réalisés par son successeur "Don Bertarelli" en 1728. L'actuel portique est de 1890.

A l'intérieur, peu de décoration, une voûte peinte de frises florales, au dessus de l'autel en bois un médaillon montrant des angelots, trois tableaux du 15ème siècle encadrent le choeur. Un superbe balcon accessible par une échelle surplombe le portail d'entrée.

Mais le trésor de cette église se trouve sur la paroi gauche !!!

Elle est décorée d'une fresque de grande valeur artistique, réalisée au XV ème par l'école de Giovanni De Campo. Elle représente, en 10 tableaux, l'histoire de Saint Antoine Abbé dit l'Egyptien.

Chaque tableau retrace un épisode de sa vie, tour à tour, son départ pour Pispir dans le désert égyptien, les tentations du Diable, sa rencontre avec St Hilarion, St Antoine et ses disciples, son arrivée sur le Mont Qolzom en Thébaïde où le Diable lui apparaît encore....
  Eglise St Antoine
Fresques1
                   St. Antoine quitte Patras pour le désert
  •  
                                                 Fresques de Giovanni De Campo
 
Histoire et légende de St. Antoine Abbé

 

St Antoine
à Arola
La vie de St Antoine Abbé nous est connue par la « Vita Antonii » publiée en 367, œuvre attribuée à Athanase, évêque d’Alexandrie, qui connut St Antoine et participa avec lui à la lutte contre l’Arianisme.

L’œuvre traduite en plusieurs langues deviendra célèbre tant en Orient qu’en Occident et sera reprise dans les récits médiévaux qui connurent un grand succès au Moyen-Age tels que la « Legenda Aurea » (1261-1266) de Jacques de Varagine, archevêque de Gênes, qui raconte la vie d’environs 150 saints et martyrs chrétiens ou la « Vita Pauli » qui retrace les histoires de St. Paul, St. Antoine, St. Macaire, St. Pacôme,…
St Antoine Abbé, appelé également "le Grand" ou "l’Egyptien" naquit en 251 à Come en Egypte (aujourd'hui Qeman, Fayoum) dans une famille de riches agriculteurs fervents chrétiens. Il devient orphelin à dix-huit ans, avec un important domaine à administrer et une soeur cadette à élever.

Bien vite, il éprouva le besoin de suivre l'exhortation évangélique :

          " Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes et donnes-en le produit aux pauvres et tu auras un trésor dans les cieux, puis viens et suis-moi."

Il distribue aussitôt tous ses biens aux pauvres, et après avoir confié l’éducation de sa sœur à une communauté féminine, il quitte son village natal pour une vie solitaire dans le désert vouée à l’ascètisme et la prière.


St Antoine
par Zurbaran
La légende raconte que le démon, qui hait tout ce qui est digne de louange et ne pouvant souffrir de voir une personne de cet âge avec tant d’ardeur dans sa foi, résolut d’user contre lui de tout ce qui serait en son pouvoir.

Alors St Antoine doit affronter les tentations du diable, l’argent, la gloire, la paresse,… mais il sort vainqueur de cette épreuve à force de prière et de méditation.
Cet épisode fera la célébrité de l’anachorète.

Bientôt il eu des doutes sur l'utilité d'une telle vie solitaire. Il consulte d’autres ermites qui l’exhortent à persévérer, lui conseillent de se détacher encore plus radicalement du monde.

Alors, couvert d’un simple tissu, il habite dans une tombe creusée dans une forteresse aux alentours du village de Come où le démon envoie des bêtes maléfiques qui l’attaquent et le frappent, le laissant pour mort.

En 285 il part vivre sur le mont Pispir, dans un fortin romain abandonné en plein désert sur la route de la Mer Rouge. Il y restera 20 ans, se nourrissant seulement de pain qu’on lui apportait deux fois par an. Là, il continue sa recherche de purification totale, et selon la légende, en étant toujours aussi tourmenté par le démon.
Peu à peu, St Antoine a des disciples qui viennent suivre son enseignement, il fonde le monastère du Fayoum. Mais la réputation du saint homme ne cesse de grandir et des miracles commencent à se produire par son intercession.

Les disciples de St Antoine sont de plus en plus nombreux, ils se divisent en communautés qui vivent dans le désert dans des grottes et des anfractuosités, mais toujours sous le guide d'un ermite plus âgé et avec St Antoine comme guide spirituel.

Saint Hilarion vient le voir en 307 et le sollicite pour obtenir des conseils afin de fonder une communauté monastique à Gaza, en Palestine, qui sera considérée comme l’un des premiers monastères de la chrétienté.


Grotte où vécût St Antoine
St Antoine aspire à reprendre sa vie anachorétique. En 312, il va en Thébaïde pour s’installer sur le mont Qolzum ( où se trouve aujourd’hui le monastère St Antoine). Le diable lui apparaît encore de temps en temps mais ne le tourmente plus comme autrefois.

Il s’éteint en 356 à l’age de 105 ans, entre les bras de ses disciples, Macaire l’Ancien et Amathas.

En 635, suite à l'occupation arabe de l'Egypte, ses reliques seront transférées à Constantinople. Au XI ème siècle, un seigneur français, Jocelin de Chateau neuf, les obtient grâce à un don de l'Empereur de Constantinople et les porte en France, près de Vienne, dans le village de "La Motte-aux-Bois" qui s'appellera alors "Saint-Antoine-l'Abbaye".
 
Le dallage de l'Oratoire St. Antoine Abbé

 
Eglise St Antoine dallage
Dallage de l'Oratoire St. Antoine Abbé
  Le dallage de l'Oratoire St. Antoine Abbé que l'on voit aujourd'hui de la porte d'entrée n'est pas très ancien, il est composé de tomettes de terre cuite hexagonales de différentes couleurs, rouge, grise et noire.
A la demande de la "Fabrique", il fut entièrement refait en octobre 1914 par
Pietro Rossetti, maçon à Arola, pour la somme de 95 Lires. (Voir le document).
   
Devis pour la réparation du sol de l'église de St. Antoine

1- Enlevement de l'ancien dallage
2- Pose des tomettes en ciment
3- Faire le "????" interne au dallage et au "???"
4- Débarasser tout le matériel qui n'a pas servi pour la pose des tomettes
5- 47m 2 environ
6- Fourniture de la chaux et du ciment et main-d'oeuvre pour le prix de 95,00 Lires

Arola le 1er octobre 1914
Pietro Rossetti

 
Devis dallage Eglise St Antoine
Facture dallage Eglise St Antoine  
 
   
Facture pour la réfection du dallage de l'église de St. Antoine

Le soussigné déclare avoir reçu de la main du Rev. Don Lazzé la somme de 95 Lires pour le solde du travail de pose du nouveau dallage en tomette de ciment dans l'Oratoire de St. Antoine Abbé, tout en garantissant la qualité du travail effectué avec toute l'expérience et la fourniture de matériaux de qualité.
Je déclare en outre avoir reçu 15 Lires pour le travail d'enduit à la chaux de la partie postérieure et sur les deux côtés du même Oratoire au prix de 0,40 Lire au m2

Arola le 23 octobre 1914
Pietro Rossetti

 
 
Une étrange procession

 
 
Dès la fin du XVIème siècle, les fidèles de Arola vénèrent les saints et demandent leur protection contre la maladie et les épidémies, mais c'est depuis 1895 que les arolais fêtent St. Roch le 16 août par une messe et une procession à travers les rues du village.

Deux siècles plus tôt, la lettre de De Marta, prêtre de Arola, envoyée à l'évêque de Novara, Giovanni Battista Visconti (1688-1713) en 1705 nous révèle une bien étrange pratique: une procession à la gloire de St. Antoine Abbé pour la conservation des récoltes.
Il est vrai qu'à cette époque Arola, village essentiellement agricole replié sur lui même dans la montaqne, pouvait souffrir d'une récolte insuffisante ou d'une mauvaise conservation et engendrer une famine durant l'hiver. Mais voyons ce document en date du 22 juillet 1705. (Voir le document).
 
 
   
Illustrissime et Révérentissime Seigneur

Le Curé et les Hommes d'Arola, fidèles sujets de votre très Illustre "Bes", ont l'habitude d'aller en procession tous les dimanches de l'Invenze (Invenzione) à la fin de l'Elévation (1) de la Sainte Croix à l'Oratoire qu'ils ont de St. Antoine Abbé pour implorer de Dieu la conservation des récoltes de la campagne afin de rendre plus fréquente ladite "xxxx" pour la gloire de Dieu et en l'honneur du Saint.

Accordez par votre bonté une indulgence de quarante jours à ceux qui participeront à des offices semblables, mais aussi à qui visitera ledit Oratoire pour les autres fêtes mobiles du Seigneur, et seront les perpétuels orateurs pour le Très Haut pour la propérité de l'Illustrissime "Bes".

22 juillet 1705


(1) La fête de l'Elévation, le 14 septembre, trouve ses origines dans la découverte des reliques de la Vraie Croix par Sainte Helène, la mère de l'Empereur Constantin, au IVeme siècle lors de son pèlerinage en Palestine.
Le 14 Septembre 326 fut la première présentation de ces reliques aux fidèles.

 


 
   
Blason de l'Evêque de Novara
Giovanni Battista Visconti (1668-1713
 
     
   
Confirmé pour une année en provenance du palais de Novarra.
- le 4 Octobre 1706      
- le 29 Septembre 1707
- le 20 Décembre 1708 
- le 29 Novembre 1709 
 
     
   
Confirmé pour une année en provenance de l'Ile St. Jules .
- le 22 Juillet 1713

 

Conception & Design: A.P. | Copyright © - Arola-Village - Tous droits réservés